2055 avis : 4,9/5 ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Les études en sociologie nécessitent des compétences littéraires dans la partie théorie mais également des compétences relationnelles pour ce qui concerne la partie pratique. Les études en sociologie permettent généralement de poursuivre ses recherches en doctorat. Mais d’autres débouchés existent dans le secteur privé, notamment au sein des bureaux d’études sociologiques.

 

Entre théorie et pratique

L’analyse des phénomènes sociaux implique d’avoir une bonne culture générale et un goût pour la lecture. Certaines formations peuvent proposer l’étude de disciplines voisines telles que l’anthropologie ou l’histoire. Ce parcours nécessite une certaine curiosité d’esprit mais surtout d’adopter une posture objective, sans jugement de valeurs. Les orientations possibles après une licence sont nombreuses. Ainsi, les étudiants ayant validé une licence de sociologie pourront généralement poursuivre leurs études dans un cursus en urbanisme et aménagement, en sciences politiques ou encore en ressources humaines.

 

La formation

La formation de sociologie combine des savoirs d’ordre théorique et des savoirs d’ordre pratique. En effet, il est notamment question d’étudier les grands écrits de la sociologie et des thématiques fondatrices. Mais il s’agit également d’apprendre à élaborer une enquête sociologique. On retrouve un grand nombre de sites internet qui présentent les différentes offres de formation en fonction des différentes universités.

 

La licence de sociologie

« La licence de sociologie est proposée dans près d’une quarantaine d’universités en France. Elle vise la connaissance des principales théories sociologiques et des évolutions des sociétés occidentales (dont la société française), ainsi que la maîtrise des différents outils utilisés dans le cadre des enquêtes de terrain (questionnaire, entretien, observation, dépouillement d’archives).
Au programme : questions de société, description et analyse des phénomènes sociaux, pratiques de l’investigation sociologique et statistiques appliquées à la sociologie.

Le cursus comporte une ouverture sur les autres sciences humaines et sociales (histoire, géographie, philosophie, psychologie, sciences de la communication et de l’information et langue vivante).

En troisième année de licence, les facs proposent des parcours Métiers de l’enseignement (avec une poursuite en master MEEF) : sociologie de l’urbain, ethnologie, travail social, sciences politiques, documentation…

Les étudiants mènent des enquêtes sur le terrain ; ils apprennent à rédiger un questionnaire, à conduire un entretien, à définir un échantillon et à analyser des résultats.

À l’issue de la licence, les spécialisations des masters dans la filière sont nombreuses : études et diagnostics sociologiques à Nice, études sur le genre à Paris 8, sociologie et développement des organisations à Lyon 2, etc. »

Les formations professionnalisantes : intégrer des bureaux d’études sociologiques

Si on imagine que les études de sociologie visent essentiellement à devenir sociologue, l’offre de formation propose en réalité différents métiers à l’issue de ces études. En effet, il existe un certain nombre de masters en sociologie à visée professionnalisante. Ceux-ci sont un bon moyen d’intégrer des bureaux d’études sociologiques ou en tout cas d’envisager des pistes de poursuites dans le secteur privé.

 

Les masters professionnels : intégrer le secteur privé, les bureaux d’études sociologiques

« Peu nombreux à l’université, les masters professionnels de sociologie proposent des formations axées sur le développement social, le développement local ou culturel, les problèmes sociaux, la communication des organisations (publiques, privées et politiques) et la gestion des ressources humaines.
Les masters professionnels d’ethnologie sont axés vers l’analyse et le traitement des données provenant d’études réalisées sur des groupes de population définis.

Quelques masters professionnels en sciences sociales :

Économie, gestion, sciences sociales mention sciences sociales à Reims
Gouvernance des institutions et des organisations mention science du politique spécialité expertise en sciences politiques et sociales à Sciences Po Bordeaux
Histoire et sociologie spécialité transformations familiales et questions de parentalité à Chambéry
Sociologie spécialité enquête socio-anthropologiques et territorialisations à Besançon
Sociologie-ethnologie spécialité ingénierie de l’enquête en sciences sociales, spécialité santé-famille à Lille I

Ces formations, spécialisées et permettant une insertion professionnelle directe, offrent cependant des places limitées dans les universités. De plus, comme souligné dans le site Studyrama, les modalités de sélection seraient de plus en plus strictes :

Au programme : enseignements théoriques, travaux dirigés ou pratiques, stage, rédaction et soutenance d’un mémoire et d’un rapport de stage.

On peut choisir d’effectuer un master professionnel selon trois optiques :
continuer dans sa voie initiale pour consolider sa formation de base
ajouter à son cursus initial une spécialisation très pointue
acquérir une double compétence en optant pour des études totalement différentes de celles suivies précédemment (par exemple un master professionnel de documentation après une maîtrise de sociologie).
Il semble aujourd’hui que le master pro soit reconnu par les entreprises comme un diplôme efficace, correspondant davantage que le master recherche aux réalités du travail. »

 

Un exemple de parcours professionnalisant

Parmi les parcours professionnalisants, on peut citer par exemple le Master sociologie – parcours métiers de l’expertise du travail et des associations à l’Université de Lille :

« Le parcours META a pour objectif de former des experts des cadres, des co-organisateurs et entrepreneurs de structures de l’ESS.
L’expertise du travail et en santé travail, les mondes associatifs et coopératifs sont créateurs d’emploi et nécessitent que soient pensées les nouveaux métiers et les formes d’organisation qui accompagnent ce développement, en ayant à coeur de promouvoir des professionnels et chercheurs capables de réflexivité sur leurs propres pratiques et sur leur environnement professionnel.

  • En première année de Master, les étudiant.es suivent des enseignements qui mêlent approches pratiques et théoriques, tout en mettant en oeuvre des projets collectifs. Durant l’année, ils et elles réalisent un stage et/ou une enquête de terrain, une journée d’études, participent à des séminaires de présentation des perspectives professionnelles. Les enseignements pluridisciplinaires (sociologie, anthropologie, économie, histoire, droit, etc.) portent sur les politiques publiques, les méthodes en sciences sociales, les savoirs spécialisés sur le travail et les mondes de l’ESS, sur l’expertise santé-travail, etc.
  • En deuxième année, les savoirs sont plus orientés vers l’application concrète dans le domaine de la recherche (vers la poursuite en thèse) ou directement professionnel. Les étudiant.es réalisent une véritable enquête collective au service d’une structure de l’ESS, accompagné.es par des méthodes et outils d’éducation populaire. Ils et elles mènent un stage de 4 à 5 mois, participent à un voyage d’études en fin de formation. »

 

Les parcours professionnalisants peuvent être intéressants notamment pour les étudiants désireux d’intégrer le secteur privé. En effet, il existe un bureau d’études sociologiques qui propose de produire des recherches et expertises au services des entreprises et plus largement du monde économique.