Cinquième référence de la génération RDNA 2, la Radeon RX 6600 XT vient davantage la décliner en visant en particulier le jeu en Full HD avec une consommation énergétique et des nuisances sonores maîtrisées. Le défi est-il relevé ? Réponse dans notre test complet !

En pratique, Nvidia et AMD réservent un sort similaire à leur nouvelle génération de cartes graphiques Ampere et RDNA 2 : après avoir exploré le (très) haut de gamme, les deux constructeurs la déclinent à des modèles plus compacts et abordables. La Radeon RX 6600 XT (379 €) qui sort en ce 11 août 2021 succède ainsi aux Radeon RX 6900 XT (999 €), Radeon RX 6800 XT (660 €), Radeon RX 6800 (590 €) et Radeon RX 6700 XT (479 €).

Les prix de référence n’ont pas réellement de sens, depuis près d’un an, mais ils demeurent un point de comparaison utile entre les deux offres. Du côté de Nvidia, on recense désormais sept modèles autour de la même architecture : la GeForce RTX 3090 (1549 €), la GeForce RTX 3080 Ti (1199 €), la GeForce RTX 3080 (719 €), la GeForce RTX 3070 Ti (619 €), la GeForce RTX 3070 (519 €), la GeForce RTX 3060 Ti (419 €) et la GeForce RTX 3060 (335 €). Sur le papier, ce sont donc ces deux dernières références que la Radeon RX 6600 XT a en ligne de mire – même si, évidemment, aucun modèle du marché ne se débusque à de tels tarifs officiels. Les constructeurs comme les analystes se veulent toutefois rassurants quant à un retour à la normale, le cryptominage n’ayant plus réellement le vent en poupe et … l’offre venant à se diversifier, comme l’atteste la sortie du jour.

 

Caractéristiques techniques

La Radeon RX 6600 XT n’a qu’un objectif en tête : faire du jeu en Full HD, c’est-à-dire du 1920 x 1080 pixels. Et pour cause, c’est la définition la plus populaire sur Steam, souvent associée avec une simple et vieillissante GTX 1060.

Les joueurs avec une GTX 1060 cherchent sans aucun doute une carte plus moderne capable de la remplacer, sans trop débourser. AMD croit avoir le produit idéal avec la Radeon RX 6600 XT.

Voici les caractéristiques de la puce.

  • AMD Navi 23
  • TSMC 7 nm
  • 32 Compute Units
  • Fréquence « GamConte clock » : 2359 MHz
  • Fréquence « Boost » : 2589 MHz
  • Mémoire : 8 Go GDDR6
  • Bus mémoire : 128 bits
  • Infinity Cache : 32 Mo
  • Consommation : 160W

Pour le test qui nous intéresse aujourd’hui, nous n’avons pas une carte graphique directement conçue par AMD, mais par l’un de ses partenaires, Gigabyte.

Chez Intel, le Media SDK passe à la moulinette One API

On passe ensuite à Intel, dont les 30.0.100.9805 viennent d’être mis en ligne. Sur le site du constructeur ils sont indiqués comme datant de mi-juillet, mais ont bien été publiés ce 11 août. Là aussi il y a peu de nouveautés puisqu’il est principalement question du support de Naraka : Bladepoint. Cette fois, Windows 11 est géré.

Le constructeur prévient néanmoins que désormais, sa One API Video Processing Library est intégrée, remplaçant le Media SDK dans l’accélération matérielle de la compression vidéo par le GPU.

 

La carte peut devenir la meilleure pour miner de l’Ethereum, mais il faut la modifier

Comme nous le confirme la vidéo de Dizzy Mining ci-dessous, sa MSI RX 6600 XT Gaming X neuve offre 28 MH/s à 93 W. Cependant, après avoir réduit la fréquence maximale du GPU à 1,2 GHz et augmenté la fréquence de la mémoire à 2,2 GHz, les performances de minage ont augmenté à 32 MH/s tandis que le TDP a bien chuté à seulement 55W. Cela pourrait être considéré comme une bonne nouvelle, puisqu’on sait que miner des bitcoins représente 1 % de la consommation mondiale d’énergie.

Cependant, les joueurs vont être les premiers à pâtir de cette situation, puisqu’il ne serait pas étonnant de voir les mineurs s’arracher les stocks restants dans les prochains jours. Il vous faudra donc probablement vous diriger vers un autre modèle si vous comptiez mettre la main sur la carte.

 

NVIDIA pense aux joueurs, aux Linuxiens et aux « Pros »

Chez NVIDIA, c’est à nouveaux deux pilotes (Game Ready et Studio) qui sont mis en ligne à travers la version 471.68. Et cette fois les améliorations sont (un peu) plus nombreuses. Windows 11 est supporté dans les deux cas.

Pour les joueurs tout d’abord, on a là encore droit au support de Naraka : Bladepoint mais également de la bêta ouverte de Back 4 Blood, les deux gérant DLSS. Il est aussi question de Psychonauts 2. Sept nouveaux écrans sont considérés comme G-SYNC Compatible, la liste complète se trouvant par ici.

Pour les professionnels, NVIDIA profite de ses nombreuses annonces du SIGGRAPH pour gérer la RTX A2000 et Omniverse, et améliorer les performances et le support de certaines applications comme Topaz Sharpen AI v3.2, Reallusion Character Creator v3.43 et Capture One 21 v14.3.0 qui exploitent des fonctionnalités maison.

Les adeptes de Linux ont pour leur part droit aux 470.63.01 qui ajoute le support de la RTX A2000 et de l’extension Vulkan VK_KHR_wayland_surface, avec un correctif pour rFactor 2 suite à une régression de performances.

 

Configuration utilisée

Bonne nouvelle, nous avons pu mettre à jour notre configuration de test. Elle est désormais bien plus moderne, et nous permet de prendre en charge les dernières nouveautés du secteur, et notamment le Smart Access Memory d’AMD, aussi connu sous le nom Resizable Bar.

  • Carte mère : X570 Asus ROG Crosshair VIII HERO (Wi-Fi)
  • Processeur : AMD Ryzen 7 5800X (3,8 / 4,7 GHz, 8 cœurs, 16 threads)
  • Mémoire : 4 x 8 Go de RAM DDR4 2666 MHz (deux kit Corsair Vengeance CMK16GX4M2Z2666C16)
  • SSD : Samsung 970 1 To NVMe
  • Alimentation : Corsair RM1000X
  • Boitier : In Win 303
  • Logiciel : Windows 10 20H2 (avec les pilotes AMD Radeon 21.8.1)

 

By Paul